Explorez le monde de la CultureTech à nos évènements digitaux, streaming les 11 – 13 juin

Explorez le monde de la CultureTech à nos évènements digitaux, streaming les 11 – 13 juin

Inscrivez-vous

Comment une bibliothèque peut-elle avoir plus d’impact sur son public?

digital-trends-for-libraries-france-v2-1

Comment une bibliothèque peut-elle avoir plus d’impact sur son public?

par Sven Totté, Directeur général d’Axiell Public Libraries

Le monde change sans arrêt et ne cesse de s’adapter aux nouvelles technologies. Il est essentiel pour les bibliothèques de comprendre quelles sont les tendances actuelles du numérique et de parvenir à en anticiper les développements futurs si elles veulent un jour pouvoir s’approprier les solutions technologiques qui leur donneront les moyens de faire évoluer leurs modes de fonctionnement et d’augmenter leur impact sur le public.

Nos équipes travaillant au jour le jour avec des centaines d’institutions du secteur culturel, nous pouvons humer l’air du temps et nous faire une idée de ce qu’il annonce. Voici donc, repérées par nos experts, quelques-unes des grandes tendances qui sont susceptibles d’inspirer les bibliothèques et que nous vous conseillons d’utiliser à votre profit…

1. Le culte de l’instant présent

Le culte de l’instant présent, appelons ainsi la propension qu’ont nos contemporains à vouloir donner un prolongement intense aux moments qu’ils sont en train de vivre en faisant des selfies, en partageant des vidéos ou en alimentant leur blog – toutes activités qui n’avaient pas cours par le passé, mais qui se sont généralisées une fois que les technologies adéquates sont devenues disponibles. Si les bibliothèques prenaient exemple sur Pinterest pour le partage de leurs ressources, notamment à propos d’événements touchant leur public de près, elles réussiraient du même coup à promouvoir leurs contenus à l’extérieur de leurs murs, à améliorer leur image publique et à créer une synergie avec des contenus autres que les leurs.

2. L’aspiration au temps passé

L’aspiration au temps passé est également une tendance du jour. Nous sommes nombreux à aimer nous replonger dans l’ambiance du passé, comme en témoigne la remise au goût du jour des disques vinyles et d’autres objets de seconde main, comme ceux que l’on se procure en parcourant les vide-greniers. Nous nous montrons aussi de plus en plus curieux du patrimoine et de l’histoire des endroits que nous fréquentons – cette tendance exprime à la fois une recherche de qualité et une quête de sens, et trouve d’autant mieux à s’accomplir dans un environnement proche et concret. Il est certain que les bibliothèques peuvent apporter une aide aux gens qui veulent mettre leurs pas dans ceux de leurs ancêtres : il suffit qu’elles mettent en ligne les documents pertinents dont elles disposent, en convertissant au format numérique les documents qui n’existent que sur papier.

3. Le troisième lieu

Le « troisième lieu » est un concept employé pour désigner l’un des trois lieux dans lesquels nous passons la plus grande partie de notre temps, celui qui vient juste après le lieu du foyer et le lieu de travail, et qui compte également beaucoup pour nous. L’un des objectifs des bibliothèques peut consister à offrir des espaces physiques répondant à cette définition. Les bibliothèques deviendraient alors une plaque tournante de la vie communautaire, offrant à un public d’habitués un lieu de rencontre, de sociabilité et d’apprentissage. On assiste d’ailleurs à l’essor de troisièmes lieux virtuels, qui deviennent de plus en plus populaires. Voilà une vraie opportunité pour les bibliothèques : offrir des plateformes d’accompagnement à l’expérimentation et à l’apprentissage, neutres et accessibles à tous.

4. Le Big Data

Le « Big Data » est l’une des récentes évolutions de la société numérique que les bibliothèques ne sauraient négliger, du fait du volume conséquent et sans cesse croissant de données qu’elles sont amenées à traiter. En parvenant à une analyse approfondie de toutes les données qui circulent dans leur système, les bibliothèques pourraient acquérir une perception plus fine de ce que sont et de ce que font leurs utilisateurs, ce qui devrait leur permettre d’établir des modèles en prise avec les tendances constatées et de mettre en application de nouvelles stratégies. Votre bibliothèque sait-elle utiliser les ressources du « big data » pour vous faire profiter d’une expérience communautaire enrichie ?

5. L’Internet des Relations

L’Internet des Relations est un concept semblable à celui d’internet des Objets, à ceci près qu’il désigne la capacité à connecter entre eux des gens qui tirent bénéfice d’un partage mutuel de contenus ou ont des centres d’intérêt communs. L’Internet des Relations est plus ambitieux que le web et les réseaux sociaux, qui collectent autant de bruit que d’information, et il garantit quant à lui à ses membres qu’ils trouveront des contenus ou des points de vue qui correspondent à leurs attentes en les mettant en relation avec quelqu’un faisant partie de leur communauté et dont les compétences ou l’influence sont jugées prépondérantes sur ces questions. Les bibliothèques sont en position idéale pour jouer un rôle intéressant dans un tel contexte, puisqu’elles peuvent établir une connexion entre des personnes et des contenus à la fois dans un espace physique (les locaux de la bibliothèque, qui peuvent abriter un club de lecture) et dans un espace virtuel (le site de la bibliothèque, qui peut héberger un forum littéraire).

6. Ex Machina

« Ex Machina », ou le remplacement de l’homme par les robots et l’Intelligence artificielle, il s’agit d’une perspective présentée comme l’horizon vers lequel nous nous dirigeons tous, mais que nombre d’entre nous redoutent ou estiment irréalisable. Pour que ce qui n’est encore qu’un projet puisse prendre forme sur un plan individuel ou à un niveau social plus global, il lui faudra une tribune. Les bibliothèques pourraient jouer un rôle de relais, en allant à contre-courant de la culture de l’immédiateté et des habitudes de superficialité qui prospèrent sur les réseaux sociaux. En s’appuyant sur des solutions en ligne notamment, les bibliothèques commenceraient par donner un écho à des présentations ou des activités produites dans leurs locaux et visant à accroître l’influence des personnes ou communautés ayant des projets de cet ordre. De la même manière, elles seraient en mesure de donner accès à un ensemble de ressources sélectionnées sur le web et de proposer en parallèle, avec un système de modération, des groupes de discussion en ligne pour spécialistes, qui impliquent une connaissance plus soutenue du sujet.

7. Le Conseil assisté par ordinateur

Le conseil « assisté par ordinateur » fait déjà partie de notre quotidien – vous savez que les cookies récoltés au cours de vos navigations sur internet sont avant tout utilisés à cette fin. Mais certaines bibliothèques doivent pouvoir imaginer une alternative à cette “bulle de filtres” qui prédétermine dorénavant le parcours des internautes. Celles qui se montreraient capables de paramétrer l’usage des navigateurs internet en leur conférant un certain degré d’autonomie et en les rendant aptes à défricher de nouveaux chemins, propices à la recherche et à la découverte, pourraient accorder aux internautes la liberté de délimiter eux-mêmes le champ de leurs explorations, et donner à la sérendipité l’occasion de dispenser les bonnes surprises dont elle a le secret. L’utilisateur de navigateurs ainsi adaptés s’engagera dans un parcours hautement individualisé, mais pas mécanique, qui vise avant tout à enrichir son expérience et à augmenter ses connaissances.

Les bibliothèques ne se réduisent pas à la place qu’elles occupent dans l’espace et ne peuvent être confinées à leur situation géographique. Ce sont des progrès qu’elles doivent à l’informatisation de la société, une informatisation dont les effets sont déjà manifestes dans l’ensemble du secteur des bibliothèques. Mais bien évidemment, d’autres changements sont en cours d’accomplissement, et comme la nécessité est mère de l’invention, il ne serait pas surprenant que ces changements influencent à leur tour le cours des événements, et ouvrent la voie aux solutions technologiques et informatiques du futur.

 

Cet article de blog provient d’une série sur « les tendances numériques à venir pour les bibliothèques en 2016 ». Lire les autres articles ici :

Comment une bibliothèque peut-elle avoir plus d’impact sur son public?

Bibliothèques et numérique: les grandes tendances pour 2016

L’obsession du présent – Tendances numériques pour les bibliothèques

« Google » et le troisième lieu

LES TENDANCES NUMÉRIQUES 2016 DANS LES BIBLIOTHÈQUES : FACE À LA FÉODALITÉ NUMÉRIQUE, LE PARTAGE RÉEL

Le « Lab » et l’objectif de formation tout au long de la vie – Mettre en œuvre un environnement d’apprentissage

 

Recevez les dernières nouvelles dans votre boîte mail avec notre newsletter

Sélectionnez vos centres d’intérêt :