Les bibliothèques scandinaves, encore et toujours…

L’avantage de travailler pour Axiell, c’est de pouvoir visiter des centaines de bibliothèque suédoises, danoises, finlandaises, norvégiennes, des plus petites aux plus grandes… On pourrait même naviguer parmi nos clients heureux en poussant une pointe vers l’Islande, les Féroé ou l’île de Svalbard ! Bref, à la magie des paysages naturels s’ajoute « naturellement » celle des lieux éminemment culturels que sont les bibliothèques publiques de ces contrées…

Jeudi dernier, à l’occasion de mon voyage mensuel au siège d’Axiell à Lund, en Scanie, dans le sud de la Suède, la région du fameux commissaire Wallander, j’ai visité une bibliothèque entièrement équipée par Axiell. SIGB, portail, EPN, RFID (eh oui Axiell propose AUSSI un système RFID, Axess) et quelque chose de nouveau et de formidable, un système permettant l’accès autonome des usagers à la bibliothèque, en-dehors des heures d’ouverture, le contrôle de leur activité, couplé au SIGB et aux automates de prêt-retour. Ce système s’appelle Axiell Aperio.

Mais, au grand dam des collègues qui m’accompagnaient, je dois confesser que j’ai été un très mauvais élève…. Alors qu’ils s’attendaient à ce que je me concentre sur le système (rassurez-vous, j’ai fin par le faire et je vous en parlerai une autre fois, ça marche et plutôt bien !) j’ai passé les deux heures qu’a duré cette visite à… admirer la bibliothèque elle-même !

J’ai même pris des photos – mauvaises comme toutes les photos que je prends, désolé, j’ai deux mains gauches – qui donnent une vague idée de l’endroit et de sa beauté parfaite, c’est-à-dire utile !

Donc, descendant de l’avion à Copenhague, de l’autre côté du « Pont » qui mène en Scanie, je me suis arrêté à Gladsaxe (prononcer Glodsax), commune chic de 60 000 habitants, dans la banlieue de la capitale danoise. Une ville comme une autre, faite de grandes avenues orthogonales, de charmantes ruelles bordées de jolies maisons et de jardins multicolores en cet automne miraculeux, équipée d’un centre civique comprenant une mairie, divers bâtiments et bien sûr LA bibliothèque publique, le tout en brique et aluminium, dans le plus pur style scandinave des années 70 et 80. L’établissement n’est donc même pas une bibliothèque récente, comme celle d’Aarhus, un autr de nos clients qui a obtenu le prix annuel de la plus belle bibliothèque au monde, décerné par l’IFLA. La voilà, ci-dessous.

1

En haut d’un perron, l’entrée de la médiathèque de Gladsaxe… Un premier choc : elle est ouverte sept jours sur sept, pour un total de 65 heures en présence du personnel et, pour le reste, 24 heures sur 24 grâce à Axiell Aperio.

2

Pour ceux qui auraient besoin d’accéder à la bibliothèque avant 10 heures du matin, elle ouvre à 8 heures, en indiquant que l’usager sera en condition d’autonomie entre 8 et 10, le personnel étant occupé à d’autres tâches. C’est donc en fait 75 heures d’ouverture collective et 24/7 en « open library » !

3

Une borne interactive tactile, offrant le plan de la bibliothèque, un accès aux informations générales, un accès aux collections… Il y en a deux de plus à l’intérieur, une à chaque étage.

Nous entrons et l’espace qui incite clairement les usagers à la liberté, s’exprime sans compter.

4

Éclairage zénithal, dans ce pays aux hivers sombres, étagement de vitrines d’expositions originales à droite, ascenseur, au fond, « hutte » de lecture pour les petits, dont la bibliothèque est à gauche mais qu’on incite à occuper aussi les espaces communs. Et ce slogan que l’on retrouve sur tous les écrans, sur des kakemonos, celui de la bibliothèque « approchez-vous de moi » que l’on peut interpréter comme une incitation à communiquer avec les autres usagers mais aussi bien sûr à interroger les bibliothécaires.

5-15-3 5-2

À gauche, une bibliothèque-meuble de rangement, basse, surmontée d’écrans, noirs au moment de ma photo… Je vous l’ai dit, je suis le plus mauvais photographe à l’ouest de l’Oural… Le meuble sert de présentoir pour les activités culturelles à venir.

6-2 6-1

Dès que l’on avance, on est saisi par le calme, la quiétude des lieux mais aussi par la fréquentation. Si mes photos sont vides, c’est par respect des personnes, que je n’ai pas voulu « immortaliser… » Mais il y a du monde, un mercredi à dix heures du matin, et pas seulement des enfants. Des adultes, jeunes, vieux, d’âge moyen, lisant, travaillant, installés confortablement devant des banques d’ordinateurs à grand écran, élégants, beaux, comme tout ce qui constitue cet endroit.

Au fond à gauche s’ouvre la bibliothèque elle-même, aérée, avec des collections multicolores, beaucoup de reliures avec les plats et le dos conservés, réalisées par le service technique des bibliothèques danoises. Étiquettes de cote intégrées, état neuf, classement thématique.

Tout le mobilier est sur roulettes, mobile, afin de modifier en quelques minutes la disposition des lieux, pour un événement ou pour réagir à la demande changeante d’un public actif et engagé auprès de sa bibliothèque.

7

Un bloc central à proximité de l’entrée de la bibliothèque-même permet aux usagers de retirer leurs réservations.

8

La bibliothèque s’ouvre sur une longue perspective qui dessert tout le bâtiment et dont le cœur est occupé par la zone de prêt-retour et ses automates.

9

Les automates et leur desserte forment le centre névralgique de la bibliothèque.

10-2 10-1

La batterie de machines est complétée par des chariots verticaux sur lesquels les usagers sont invités à replacer eux-mêmes les documents empruntés, selon un pré-classement indiqué sur les panneaux signalétiques situés au-dessus des chariots.

11-2 11-1

Cela concerne aussi les réservations, qui sont signalées aux usagers par un message sur l’écran, lorsqu’ils rendent leurs documents. Afin que ces documents ne soient pas immédiatement repris par des lecteurs distraits, ceux-ci doivent être glissés dans une boîte intelligente (à côté des sacs sur la photo), qui enregistre le retour et déclenche le message envoyé à l’usager réservataire.

Enfin, les lecteurs peuvent emprunter, comme ils le feraient d’un document, un beau sac de toile épaisse, pour emporter leur butin lorsqu’ils quittent la bibliothèque.

12

C’est ainsi que les bibliothécaires, entièrement dégagés des tâches répétitives de circulation et d’une bonne partie du rangement, se consacrent uniquement, lorsqu’ils sont en service public, à l’accompagnement des usagers, soit en déambulant, armés de leur tablette nomade, soit à divers points de la bibliothèque, où, de manière informelle et conviviale, ils appellent ceux qui ont des questions à s’installer près d’eux, devant un écran partagé…

13-3 13-2 13-1

C’est enfin dans la bibliothèque pour la jeunesse que se termine cette petite balade. On y retrouve tous les ingrédients qui font la réussite des bibliothèques scandinaves, avec, en plus, des zones de jeu, intérieures et extérieurs et même, des tables de pique-nique et de goûter ou enfants et parents s’asseyent sur des bancs pour se restaurer avec les friandises apportées par chacun et partagées par tous, en lisant ou en se faisant raconter une histoire…

14-5 14-4 14-3 14-2 14-1

Et les écrans mis par dizaines à disposition des lecteurs racontent eux-aussi de bien belles histoires, entre le prêt interbibliothèques, qui est une institution nationale, le prêt d’e-books, lui aussi généralisé et dont les interfaces sont aussi dessinées pour les enfants…

15-2 15-1

Bref, comme disait ce bon vieux 16 ici tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté…

//Jean-Pierre Sakoun

Recevez les dernières nouvelles dans votre boîte mail avec notre newsletter

Sélectionnez vos centres d’intérêt :

Nous utilisons des cookies et collectons d'autres informations personnelles sur notre site. Pour savoir comment, pourquoi et quoi, veuillez lire notre politique de confidentialité en ligne. En continuant d'utiliser notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité en ligne.