Royal Ballet Timeline

La conservation particulière de l’histoire de l’Ecole Royale de Ballet de Londres (The Royal Ballet School)

Timeline images L-R: Photo by Debenham © Victoria and Albert Museum, London; painting by Martin Sutherland of a Leslie Hurry stage design and unattributed photo of Beryl Grey © The Royal Ballet School Special Collections.

L’Ecole Royale de Ballet de Londres a une longue histoire de formation des meilleurs danseurs de ballet du monde et son département de collections originales, dirigé par Anna Meadmore, est chargé de garder cette histoire vivante.

Costume designed by Oliver Messel for the role of Princess Aurora in Act I of The Sleeping Beauty (1946). The tutu was worn by the ballerina, Anya Linden, who was a graduate of The Royal Ballet School. Photo: Patrick Baldwin. © The Royal Ballet School Special Collections

La collection retrace non seulement l’histoire de l’Ecole, fondée en 1926, mais aussi l’histoire du ballet anglais, vieille de plusieurs siècles. La collection comprend ainsi les dossiers des étudiants et employés, des notes de performance, des programmes, des affiches, des photographies et bien plus encore.

Avec cette richesse de ressources, Anna a commencé à créer une chronologie interactive « facile à explorer », fournissant aux étudiants et aux chercheurs un outil précieux qui place les merveilleux objets de la collection dans leur contexte historique.

Près de 7 700 éléments provenant des collections originales ont été jusqu’à présent numérisés, dont la majorité sont téléchargés à partir de la base de données Adlib d’Axiell. Environ 15% de ces objets sont répertoriés et conservés en ligne dans une perspective chronologique, entre 1862 et 1956.

Un rideau qui s’abaisse…

L’Ecole a fait face à des défis significatifs avec son objectif de rendre la collection plus accessible :

En raison des contraintes financières et des difficultés de conformité liées à la qualité fonctionnelle de l’Ecole, l’accès public aux collections originales de l’Ecole Royale de Ballet avait été restreint. Pourtant, la collection n’en était pas à sa première exposition.

Anna Meadmore, gestionnaire des collections originales du Département de conservation de l’Ecole Royale de Ballet :

« Avec le déménagement du site historique de l’Ecole Royale de Ballet, de White Lodge à Richmond Park, et avec l’établissement à White Lodge du musée permanent du ballet en 2009, la conservation de nos collections originales et leur accessibilité ont évolué. Mais en 2015, le ministère de l’Education a réduit ses subventions pour le musée et la législation sur les exigences d’accès a changé, de telle sorte que le musée a été fermé. La chronologie en ligne a donc été conçue comme un moyen de conserver nos collections et leur accès, en ligne. »

… puis le lever de rideau !

« Depuis que la chronologie a été lancée sur le site Web de l’Ecole en février 2017, il y a eu environ 3 500 visiteurs en ligne, à savoir plus du double du nombre de visiteurs au White Lodge Museum au cours des sept derniers mois de la même période (…) Plus encore, cela a massivement élargi notre portée : beaucoup des explorateurs de notre chronologie sont au Japon, aux Etats-Unis et en Australie ! »

Programme for a gala at the Imperial Theatre, Moscow, to mark the coronation of Tsar Nicholas II and Alexandra, 17 May 1896. Page outlining the scenario for Petipa’s ballet The Pearl. © The Royal Ballet School Special Collections

Pourquoi une chronologie ?

L’Ecole Royale de Ballet joue un rôle important dans la formation de la prochaine génération danseurs de ballet et de leurs enseignants et, comme pour toute forme d’art, une compréhension de son histoire est essentielle.

Les chronologies nous aident à donner sens à une masse d’informations de manière plus simple, plus digeste. Elles sont utilisées dans l’éducation depuis des années. Selon la psychologie de base, l’organisation des informations de manière structurée, comme par ordre chronologique, facilite leur mémorisation.

La chronologie de l’histoire du ballet s’est avérée être une inestimable ressource pour nos étudiants. Leurs retours indiquent que les utilisateurs apprécient la narration linéaire et trouvent que collections et histoire sont faciles à concilier avec ce format chronologique cohérent et sa conception visuelle claire.

« Cela a commencé à ancrer une culture de la conscience historique chez les étudiants, car ils peuvent s’approprier la chronologie qui se rapporte très spécifiquement au ballet anglais qu’ils pratiquent. »

A de Valois in Les Biches an Elizabeth Polunin portrait
Crayon et pastel dessiné par Elizabeth Polunin, dépeignant Ninette de Valois lors de sa performance dans le ballet Les Biches (1924) de Nijinska. Ninette de Valois fonde l’Ecole Royale de ballet de Londres en 1926. © The Royal Ballet School Special Collections

« J’ai également reçu des retours du personnel enseignant, qui trouve très rassurant de pouvoir rediriger les étudiants vers la chronologie lorsqu’ils ne peuvent pas répondre à leurs questions. »

Atteindre le visiteur virtuel

Pencil and pastel drawing by Elizabeth Polunin, depicting Ninette de Valois performing in Nijinska’s ballet Les Biches (1924). De Valois founded The Royal Ballet School in 1926. © The Royal Ballet School Special Collections


Attirer le public en ligne est devenu de plus en plus important pour l’Ecole Royale de Ballet. En partie parce que l’Ecole est une organisation caritative et s’appuie dans une certaine mesure sur la philanthropie des individus et des organisations. La chronologie a un rôle à jouer pour augmenter la visibilité en ligne de l’École, étendre sa portée éducative et attirer de nouveaux publics pour le ballet.

« Les réseaux sociaux jouent un rôle croissant dans les communications et le l’image publique de l’École. Nous avons testé notre premier «livestream » plus tôt dans l’année, présentant en ligne des objets de notre collection originale dans le but d’introduire l’Ecole et ses collections originales au public, et d’inviter les visiteurs virtuels à observer la chronologie. Cette initiative a été très bien reçue, et nous visons à diffuser de courtes vidéos similaires une fois par trimestre. Nous souhaitons, en promouvant l’art du ballet et le travail de l’Ecole, que le public ressente un engagement envers l’Ecole et s’approprie leur patrimoine national de ballet.

Dans le prochain acte…

Au cours des deux prochaines années, Anna et son assistant de gestion des collections ont pour objectif de numériser plus de 2000 éléments dans la base de données de collections Adlib d’Axiell, ce qui leur permet de sélectionner d’autres éléments à télécharger individuellement dans la chronologie. Dans un premier temps, environ 350 articles seront téléchargés pour illustrer la période de 1789 à 1860 ; puis 400 autres articles pour les années 1956 à 1964 ; 250 autres seront présentés dans des « expositions digitales originales ».

Le spectacle doit continuer !

« Notre analyse de l’utilisation de la chronologie and du pôle Archive existants indique qu’il existe un intérêt significatif pour les collections originales détenues par l’Ecole auprès d’un large éventail de personnes. Une fois terminé et avec un soutien marketing supplémentaire, la chronologie offrira une ressource en ligne inégalée dans le domaine du ballet et de la danse, en particulier du balais britannique et de ses liens avec le théâtre et la culture européenne. »

Recevez les dernières nouvelles dans votre boîte mail avec notre newsletter

Sélectionnez vos centres d’intérêt :

Nous utilisons des cookies et collectons d'autres informations personnelles sur notre site. Pour savoir comment, pourquoi et quoi, veuillez lire notre politique de confidentialité en ligne. En continuant d'utiliser notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité en ligne.