Refaire l’histoire au British Film Institute

Des centaines de milliers de pellicules de film sur des étagères sans fin au fond d’une voûte souterraine secrète. Voilà comment, pour bon nombre d’entre nous, nous imaginons le cœur des archives du British Film Institute au Royaume-Uni. Mais la réalité est bien différente. Le BFI dispose non seulement de systèmes de conservation ultramodernes pour stocker des films anciens — et récents — de grande valeur, étant la plus importante archive cinématographique au monde, c’est également le principal organisme cinématographique au Royaume-Uni dont la mission est de soutenir le succès du cinéma britannique.

Derrière cet organisme vaste et complexe, se trouve une masse énorme de données qui ont progressivement augmenté au fil des ans et qui ont été stockées dans différents systèmes. Il y a cinq ans, le BFI a cherché un moyen d’organiser ce labyrinthe, mais qui pouvait créer un système qui rendrait accessible toutes ces informations ?

La directrice des collections et de l’information de BFI, Gabriele Popp, a déclaré qu’il était temps de rationaliser la croissance organique des collections du BFI et a entrepris de chercher une organisation qui pourrait s’attaquer à cette énorme tâche. C’est là qu’Adlib est entré en scène. Avec 4,5 millions d’articles, y compris des scénarios de film, des affiches, des story-boards et beaucoup d’autres objets, c’était un énorme défi de gérer tous les éléments collectionnés depuis 1933. Des bases de données faites à la main, des listes et des notes étaient dispersées partout dans l’organisme et il y avait des données manquantes.

Des centaines de milliers de pellicules de film sur des étagères sans fin au fond d’une voûte souterraine secrète. Voilà comment, pour bon nombre d’entre nous, nous imaginons le cœur des archives du British Film Institute au Royaume-Uni. Mais la réalité est bien différente. Le BFI dispose non seulement de systèmes de conservation ultramodernes pour stocker des films anciens — et récents — de grande valeur, étant la plus importante archive cinématographique au monde, c’est également le principal organisme cinématographique au Royaume-Uni dont la mission est de soutenir le succès du cinéma britannique.

Derrière cet organisme vaste et complexe, se trouve une masse énorme de données qui ont progressivement augmenté au fil des ans et qui ont été stockées dans différents systèmes. Il y a cinq ans, le BFI a cherché un moyen d’organiser ce labyrinthe, mais qui pouvait créer un système qui rendrait accessible toutes ces informations ?

La directrice des collections et de l’information de BFI, Gabriele Popp, a déclaré qu’il était temps de rationaliser la croissance organique des collections du BFI et a entrepris de chercher une organisation qui pourrait s’attaquer à cette énorme tâche. C’est là qu’Adlib est entré en scène. Avec 4,5 millions d’articles, y compris des scénarios de film, des affiches, des story-boards et beaucoup d’autres objets, c’était un énorme défi de gérer tous les éléments collectionnés depuis 1933. Des bases de données faites à la main, des listes et des notes étaient dispersées partout dans l’organisme et il y avait des données manquantes.

Recevez les dernières nouvelles dans votre boîte mail avec notre newsletter

Sélectionnez vos centres d’intérêt :

Nous utilisons des cookies et collectons d'autres informations personnelles sur notre site. Pour savoir comment, pourquoi et quoi, veuillez lire notre politique de confidentialité en ligne. En continuant d'utiliser notre site, vous acceptez notre politique de confidentialité en ligne.